top of page

C’est l’histoire d’un homme de Laramière, petit village du Lot, où, sa vie durant, engagé au service de sa commune, il exerça en même temps le noble métier de paysan, qui, au crépuscule de sa vie, aimerait bien laisser une TRACE de son passage sur cette terre. Il s’appelle Christian Oulés. Il pense qu’alors, il lui faut monter au grenier de sa mémoire, et fouiller, fouiller.

 Ce qu’il fait, avec un compagnon, écrivain de son état, fils d’un ouvrier agricole immigré espagnol, qui a passé son enfance à la campagne. Parvenus là-haut, ils repèrent le coffre à souvenirs et l’ouvrent en grand. En sort une foule de choses dont, à eux deux, ils reconstituent ce qu’elles disent de leur passé, et du coup comment étaient les époques où elles se sont déroulées.

Ainsi sont racontées dans ce livre des périodes de la vie de Christian Oulés, fondées sur le principe majeur que tout être mérite de laisser sa TRACE… Comme en ECHO, pensez à ceux qui ornèrent leurs grottes il y a longtemps, longtemps …

CONVERSATIONS AVEC UN PAYSAN - Christian OULÈS

15,00 €Prix
  • FRAIS DE PORT REDUITS (100Grs)  2,25€

    Résumé : C’est l’histoire d’un homme de Laramière, petit village du Lot, où, sa vie durant, engagé au service de sa commune, il exerça en même temps le noble métier de paysan, qui, au crépuscule de sa vie, aimerait bien laisser une TRACE de son passage sur cette terre. Il s’appelle Christian Oulés. Il pense qu’alors, il lui faut monter au grenier de sa mémoire, et fouiller, fouiller. Ce qu’il fait, avec un compagnon, écrivain de son état, fils d’un ouvrier agricole immigré espagnol, qui a passé son enfance à la campagne. Parvenus là-haut, ils repèrent le coffre à souvenirs et l’ouvrent en grand. En sort une foule de choses dont, à eux deux, ils reconstituent ce qu’elles disent de leur passé, et du coup comment étaient les époques où elles se sont déroulées. Ainsi sont racontées dans ce livre des périodes de la vie de Christian Oulés, fondées sur le principe majeur que tout être mérite de laisser sa TRACE… Comme en ECHO, pensez à ceux qui ornèrent leurs grottes il y a longtemps, longtemps …